· DRH en confinement
Jour 26-27-28 : Journal de bord d'une DRH en week-end et en confinement

Bizarre ce week-end de Pâques confiné… J’ai bien entendu les cloches nous appeler dimanche matin mais nous n’avons pas pu répondre à l’appel. Habituellement, je traîne ma tribu avec moi et cette année, ils ont remercié le confinement de leur épargner la messe de deux heures 😂. Le repas aussi était différent. Souvent, nous invitons de la famille, là nous étions juste tous les quatre. Et enfin, la boucherie avait été dévalisée. Impossible de trouver de l’agneau, nous avons terminé avec un filet mignon de porc…😜

En revanche, dans les choses qui ressemblaient à une ambiance de Pâques traditionnelle. Nous avons fait des excès de nourriture avec du gras et du sucre à volonté ! Foie surchargé, on termine le week-end sur une soupe de vermicelles 😉. J’avais demandé à mon fils Antoine de faire des meringues. J’en avais besoin pour mon dessert de Pâques pour aller avec la crème et les fruits. Pour la cuisine, en général, je n’ai pas besoin de trop insister pour obtenir son aide et ses meringues étaient très réussies. Ma fille Victoria nous a fait la surprise de se lever à 6h45 pour nous préparer un petit déjeuner surprise. Au menu, pancakes à la banane et d'autres natures sur lesquels nous avions au choix de la pâte à tartiner, de la confiture, du sirop d’érable (ramené par nous du Canada) et du caramel beurre salé. Que des trucs régime ! La table était prête, les cafés et thés aussi. On a vraiment été gâtés ❤ Les enfants ont cherché leur poule qu’ils n’ont pas trouvées du premier coup. Nous avons finalement été obligés de jouer à chaud/froid pour les aider. Ils sont grands maintenant mais apprécient ces moments qui leur rappellent leur petite enfance 😊 Côté repas ce week-end, donc comme je le disais, que des choses équilibrées avec entre autres pizzas et burgers maison. Des parents en dessous de tout ! C’était le moyen de rendre festif et d’égayer ce week-end de Pâques confiné. Et j’ai l’impression que ça a fonctionné. Personne ne s’est entre-tué ni même disputé alors qu’on est presque à un mois de confinement. Harpagon serait mal vu chez nous avec son célèbre « Il faut manger pour vivre et non vivre pour manger. ».

Victoria demandait des conseils car elle avait eu du mal à s’endormir avant trois heures du matin et a obtenu de son frère une solution inattendue qui a bien fait rire tout le monde : « tu n’as qu’à lire le dictionnaire, tu vas voir, tu vas vite t’endormir. Juste fais attention qu’il ne te tombe pas dessus ».

De mon côté, je n’ai évidemment pas fait tout ce que je voulais faire mais je me suis reposée samedi. En dehors des courses le samedi matin, je me suis laissée porter. J’ai lu des magazines, fait une sieste, j’ai regardé pendant quelques heures la conférence dont je vous avais parlé vendredi que j'avais découvert grâce Catherine Testa http://catherinetesta.com/.

https://www.academiedumondedapres.org/ Je vous partage un peu en vrac ce que j’ai entendu. Une étude d’Harvard sortie la semaine dernière a établi qu’il y a davantage de morts là où la pollution est plus importante. En effet, la pollution fragilise les poumons donc quand les personnes qui subissent une forte pollution sont infectées, elles développent plus facilement une forme sévère et meurent plus fréquemment. Les intervenants de la conférence appelaient à une grande prise de conscience dans le monde d’après sur le changement de nos habitudes et un plus grand respect de l’environnement. Nous devons faire une déclaration d’Amour à la Terre comme l’a proposé One Home https://onehome.org/ Je vous invite à visiter le site…

Un spécialiste en neurosciences, Erwan Deveze https://www.linkedin.com/in/erwan-deveze-76004b87/?originalSubdomain=fr alertait sur le fait que le confinement altère notre cerveau. Il préconise de se préserver mentalement en évacuant tout ce qui est de nature à nous démoraliser. Les informations une fois par jour, ça suffit. Ensuite, il faut renforcer son cerveau en pratiquant un sport, de la méditation… Il précise qu’avec ce virus, nous ne sommes pas dans un sprint mais dans un marathon, il va falloir tenir dans la durée. Il faut rester actif et faire travailler son cerveau et en profiter pour apprendre de nouvelles choses car le confinement détruit les repères. Et enfin, il faut réussir à s’évader en lisant, en écoutant de la musique, etc… Il rappelle que nous ne sommes pas des héros. Il faut aussi accepter notre fragilité, notre vulnérabilité et en parler avec nos proches, nos amis…

Pendant la conférence, un appel à l’aide d’un médecin contacté par un EHPAD dont tous les soignants et le personnel sont atteints du COVID. Plus personne dans l’établissement pour s’occuper des résidents. Ils sont seuls dans l’EHPAD. Il s’agissait d’un EHPAD dans l’Oise et les internautes proposaient d’y aller. #solidarité #sauvonsnosanciens

Si vous souhaitez vous engager auprès des plus âgés, j’ai noté deux initiatives https://www.parisencompagnie.org/ ou leur écrire un petit mot https://1lettre1sourire.org/ et il y en a certainement d’autres. J’ai bien envie de proposer à nos collaborateurs chez Xelya une de ces initiatives cette semaine, d’autant que cette population est concernée par l’activité de certains de nos clients dans les services aux personnes fragiles et dépendantes.

Une infirmière très engagée Laila Hamdouni s’est exprimée également. Infirmière dans la ville de Tonnerre (à côté de Chablis), elle se démène pour offrir un mieux-être aux patients et porte la voix des infirmières. https://www.linkedin.com/in/laila-hamdouni/

Tout au long de la conférence, il y avait des pauses musicales et j’ai découvert le quatuor Ellipsos https://www.quatuorellipsos.com/.

Renaud Capuçon https://www.renaudcapucon.com/fr/ a joué un superbe morceau au violon, cela m’a vraiment donné envie de découvrir cet artiste.

Imany dont j’adore la voix a chanté "Wonderful life" a capella https://imanymusic.com/fr/home/. Elle a prononcé ces mots « there’s no turning back. Soit on s’en sort tous, soit on va tous dans le mur ».

J’ai découvert Pablo Servigne https://pabloservigne.com/ qui appelait à cultiver l’entraide. A tous les pessimistes qui pensent que ça n’existe pas ou que c’est utopique, il rappelait que depuis qu’on est enfant, on est éduqué dans un monde de compétition mais l’entraide actuelle, il faut la faire perdurer dans le monde d'après...

Il y avait énormément d’intervenants et la conférence virtuelle durait 14 heures donc je n’ai pas tout suivi mais je pense que le replay sera disponible bientôt sur https://www.academiedumondedapres.org/. Et si vous avez des idées d’initiatives pour le monde d’après, vous pouvez les proposer sur https://make.org/FR-fr

 

Cette période de confinement va peut-être nous donner l’occasion de reconstruire un nouveau monde plus beau, plus fraternel et moins pollué.

 

Sur cette perspective optimiste, je vous dis à demain. D’ici-là prenez soin de vous 😷 ❤

Sarah

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK